Friedrich Nietzsche

L'État , c'est ainsi que s'appelle le plus froid des monstres froids et il ment froidement, et le mensonge que voici sort de sa bouche : « Moi, l'État, je suis le peuple. »

Maxime Gorki

Le mensonge est la religion des esclaves et des patrons

vendredi 3 septembre 2010

L’incroyable arnaque de BP
Le puits B n’a jamais été colmaté


À lire sur Mondialisation.ca

6 commentaires:

Jean-François Thibaud a dit…

Je crois quasiment tout le temps les infos de global research sans douter mais cette fois, je n'arrives pas à y croire...

en passant...la dernière explosion a disparu des nouvelles aujourd'hui

Daniel a dit…

Je suis allé de lien en lien relativement à cet article. Ce faisant je me suis trouvé sur le chemin de Matthew Simmons un fort intéressant bonhomme qui en connaît un bout sir l'industrie pétrolière. En fait je devrais plutôt dire qu'il en connaissait un bout puisqu'il est mort cet été noyé dans son jacuzzi... Il avait vertement dénoncé BP et soutenu que cette entreprise s'était davantage préoccupée de la souris que constituait la brèche colmatée que de l'éléphant que constitue le ou les puits qui eux ne sont toujours pas colmatés. Il a aussi prédit la faillitte éventuelle de BP si comme elle l'a soutenue elle paie pour les dommages causés par ce déversement de pétrole dans le golfe du Mexique.
Fait àa noter Simmons était aussi un fervent partisan de la théorie du ''peak oil''. Théorie qui selon moli tient encore fort bien la route

Accent Grave a dit…

Le «peak oil» à mon sens n'est pas une théorie mais un simple constat. Nous n'en souffrons pas trop en ce moment ($), à cause de l'activité économique qui est au ralenti.

La preuve est simple, il faut aler de plus en plus creux pour extraire le pétrole, se rendre dans des endroits de plus en plus difficilement accessibles. Les coûts (en incluant les profits) augmenteront forcément de façon spectaculaire.

Mais il restera toujours du pétrole.

Accent Grave

É. a dit…

Les puits « vides » historiques contiennent tous encore de 30 à 60% de leurs réserves. Puis, aussi, c'est un fait établi que I.G. Farben (donc Standard Oil) a fabriqué de l'essence synthétique à partir du charbon durant toute la guerre, dont vers la fin des carburants de qualité suffisant pour fournir la Luftwaffe.

Les pétrolières sont là pour rester, pour polluer, pour dominer, pour torturer, pour démarrer des guerres desquelles elles alimentent les deux côtés, pour saper les peuples, les justices, les quiétudes, pour faire main basse sur les rouages, pour s'ériger en petits planificateurs de cette pure merde qu'ils osent, dans leurs pédants petits discours de cancres surarmés : l'avenir.

Il y a encore deux ou trois cent ans de pétrole en vue. Si certains d'entre nous espèrent y mettre fin, les rêvasseries ne suffiront pas.

É. a dit…

Par souci d'économie, je néglige les virgules. Je suis militant à fond.

Jean-François Thibaud a dit…

Moi aussi. c'est ce témoignage de Simmons qui me perturbe le plus sur cette page web. Mais la source de cette méga-nouvelles me semble extrêment marginale pour le moment.