Friedrich Nietzsche

L'État , c'est ainsi que s'appelle le plus froid des monstres froids et il ment froidement, et le mensonge que voici sort de sa bouche : « Moi, l'État, je suis le peuple. »

Maxime Gorki

Le mensonge est la religion des esclaves et des patrons

jeudi 25 septembre 2008

Plan de « relance » de Bush, article 8

Les décisions du Secrétaire liées à l'autorité de la présente loi ne sont pas contestables et demeurent à la discrétion de l'organisme. Elles sont soustraites à l'examen de tout tribunal ou organisme gouvenemental.

Decisions by the Secretary pursuant to the authority of this Act are non-reviewable and committed to agency discretion, and may not be reviewed by any court of law or any administrative agency.

mercredi 24 septembre 2008

On Lave de plus en plus blanc !

Christian Mistral me fait découvrir cet excellent article sur les techniques médiatiques de lavage de cerveau, dont certaines très modernes ne faisaient pas encore partie de l'arsenal des Bernays, Goebbels et autres Coca Cola.

Un Million de civils Irakiens tués par l'armée riche

À en croire les médias, l'occupation en Irak fait surtout des victimes chez les gentils GI et les rares civils touchés le sont par des compatriotes terroristes. Ça va vous étonner, mais apparemment, ce n'est pas vrai.

Schwartz fait remarquer que la logique de ce carnage est comprise en relevant une statistique de l'armée États-Unienne dont fait état le Brookings Institute : au cours des quatre premières années d'occupation, l'armée États-Unienne a envoyé plus de 1000 patrouilles par jour au cœur des quartiers hostiles, avec pour mission de capturer ou de tuer les « insurgés » ou les « terroristes ». Depuis février 2007, le nombre de ces patrouilles a augmenté à 5000 par jour, ce qui inclut les troupes irakiennes sous les ordres des États-Unis. Chaque patrouille procède à l'invasion d'une trentaine de maisons irakienne par jour, avec pour objectif d'interroger, d'arrêter, ou de tuer des suspects. Dans ce contexte, tout homme en âge de combattre est non seulement un suspect, mais considéré comme un adversaire meurtrier potentiel. Les soldats reçoivent l'ordre de ne prendre aucune chance.
Lire l'article entier (en anglais).

dimanche 21 septembre 2008

Des Valeurs familiales

Considérez les conséquences d'un second Onze Septembre :
[...] Nos droits constitutionnels pourraient disparaître des tribunaux et la torture réapparaître dans les cellules. Le pire est que le gouvernement n'aurait pas à imposer la tyrannie, le peuple l'exigerait pour sa propre protection. [...] Il y a une tradition de lynchage dans notre pays (ndlr : les É-U) et lorsque la peur et la paranoïa s'installeront au creux de nous, nous pourrions répéter les pires épisodes de notre passé, et assassiner nos anciens voisins, nos amis de jadis.


- Michael Ignatieff, New York Times, 2 mai 2004
Petit-fils du Comte Paul Nikolaevich Ignatyev, ministre du Tsar Nicholas II de Russie et arrière-petit-fils du Comte Nicolay Pavlovich Ignatyev , ministre du Tsar Alexander III


————
Quelques extraits dans la langue de Mountbatten :


May 2, 2004 ; New York Times Magazine.


Consider the consequences of a second major attack on the mainland United States — the detonation of a radiological or dirty bomb, perhaps, or a low-yield nuclear device or a chemical strike in a subway. Any of these events could cause death, devastation and panic on a scale that would make 9/11 seem like a pale prelude. After such an attack, a pall of mourning, melancholy, anger and fear would hang over our public life for a generation.

An attack of this sort is already in the realm of possibility. The recipes for making ultimate weapons are on the Internet, and the materiel required is available for the right price. Democracies live by free markets, but a free market in everything — enriched uranium, ricin, anthrax — will mean the death of democracy. Armageddon is being privatized, and unless we shut down these markets, doomsday will be for sale. Sept. 11, for all its horror, was a conventional attack. We have the best of reasons to fear the fire next time.

A democracy can allow its leaders one fatal mistake — and that's what 9/11 looks like to many observers — but Americans will not forgive a second one. A succession of large-scale attacks would pull at the already-fragile tissue of trust that binds us to our leadership and destroy the trust we have in one another. Once the zones of devastation were cordoned off and the bodies buried, we might find ourselves, in short order, living in a national-security state on continuous alert, with sealed borders, constant identity checks and permanent detention camps for dissidents and aliens. Our constitutional rights might disappear from our courts, while torture might reappear in our interrogation cells. The worst of it is that government would not have to impose tyranny on a cowed populace. We would demand it for our own protection. And if the institutions of our democracy were unable to protect us from our enemies, we might go even further, taking the law into our own hands. We have a history of lynching in this country, and by the time fear and paranoia settled deep in our bones, we might repeat the worst episodes from our past, killing our former neighbors, our onetime friends.


L'article original dans son contexte

jeudi 18 septembre 2008

Hockey sur Glace :
Victoire écrasante du Ruanda 7 à 0

Le Ruanda vient de faire un grand pas dans sa quête de la médaille d'or olympique en hockey sur glace. L'équipe de Kigali a en effet remporté hier sa dix-huitième victoire d'affilée, dont seize par blanchissage, grâce entre autres au gardien de but George W. Kagamé, fils et héritier de l'héroïque président Paul Kagamé. Le meilleur marqueur Ruandais, John D. Corneille, a complété hier son quatrième tour du chapeau de l'année, sans oublier un match de cinq buts (dont un spectaculaire contre son camp). Fier du développement de l'équipe, le populaire entraîneur Ruandais d'origine canadienne, Othello Dallaire, fils et héritier de la star de télé bien connue, prévoit même organiser au cours des prochains mois quelques matchs contre des adversaires.

Le Ruanda est un pays où les amis des États-Unis sont très gentils et tous les autres font des génocides et violent les petites filles.

mardi 16 septembre 2008

« Élection » unipartiste à la Ruandaise

Kagame :
La démocratie, cela ne veut pas dire les troubles. Nous tenons des élections sans trouble


« Jusqu'à présent, tout est très bien organisé [...] C'est très discipliné »
— Un observateur de l'UE… Belge (!)


Le cynisme médiatique n'aura donc absolument aucune limite ? Il ne nous reste plus qu'à voir jusqu'où ça ira. Mais il est à mon sens à peine croyable qu'on en soit rendu là. Qui donc fera cesser la pluie ? comme se demandaient les CCR.

Le reste de cette tartiflette à mourir de honte est ici. Un câlisse de chef d'œuvre.

CCR

jeudi 11 septembre 2008

Cinq Événements à effacer de l'histoire

Dans le cadre de la lutte aux conspirationnistes, le Département Mondial de la Nouvelle Histoire vous présente une liste de pages à arracher de vos livres d'histoire sans plus tarder, de façon à éviter que vos enfants ou votre cousine Nathalie ne tombent dessus et joignent les rangs des infidèles. Il n'y a jamais de secrets. Il n'y a jamais de complots. L'histoire est finie, disent les néocons. Pas à peu près.


LA GUERRE DE TROIE
Les envahisseurs ne se sont pas cachés dans un cheval de bois. Il ont combattu à la loyale pendant 70 minutes, comme dans tous les bons films. Après, la belle fille a embrassé le beau monsieur, le vilain s'est tué lui-même par maladresse, et tout le monde est parti s'acheter des surgelés.

L'ASSASSINAT DE JULES CÉSAR
Brutus a agi seul. Il était jaloux. Tous les gens présents ont tenté d'intervenir pour éviter que le sang soit versé, mais ils étaient trop fatigués et en plus, trop loin, et euh… La plupart étaient chargés de provisions car ils revenaient du centre commercial avec des surgelés. Personne n'a ensuite profité de l'événement pour accroître son pouvoir ou infléchir les politiques de l'État à son avantage. D'ailleurs, ça n'est simplement jamais arrivé dans toute l'histoire de l'humanité. Les États sont tous autant qu'ils sont honnêtes de nature et dirigés par de bonnes poires qui tentent de façon transparente de faire de la terre un jardin de roses.

MILLE CINQ CENT ANS DE MONARCHIE EN EUROPE
Non. Simplement, non. Des centaines de milliers de petits complots, de guerres, d'espions, de secrets, de révolutions de palais, de coups d'état ? DE CONSPIRATIONS ? C'est un peu gros à avaler. Il y a toujours eu la démocratie, et personne n'a jamais rien caché à qui que ce soit en ce bas monde. Est-clair une bonne fois pour toute ? Oubliez tout. Prenez une pulule.

LA RÉVOLUTION FRANÇAISE
Elle n'a tout bonnement pas eu lieu. Ok ? Ou alors, oui, peut-être, mais bon… au grand jour, alors. Rien de secret, surtout.

LE DÉLIT D'INITIÉ INCROYABLE DE NATHAN MAYER ROTHSCHILD
Quoi ? Qui ? Il aurait fait croire à toute la bourse de Londres que Wellington avait perdu face à Napoléon, pour ensuite racheter la moitié des actions du marché pour des cacahuètes ? Impossible. Il aurait gagné des milliards de livres sterling en un jour ? Impensable. La bourse est un endroit sain où personne ne tente jamais de dominer l'autre par des moyens détournés ou immoraux.

LA TENTATIVE D'ASSASSINAT D'HITLER
Uuh ? Uhhmmm…

LES BOMBARDEMENTS NUCLÉAIRES D'HIROSHIMA ET NAGASAKI
Désormais, on parle plutôt de changement de régime. Et puis, apparemment, rien du projet Little Boy n'a été secret. Depuis toujours, les armes nouvelles s'élaborent au grand jour. La moindre idée de secret et de complotage est répugnante pour les hommes et femmes modernes et démocratiques que nous sommes devenus. Et que nous avons toujours été.

LE COUP D'ÉTAT CHILIEN DU 11 SEPTEMBRE 1973
Il a été décidé au parlement, de façon démocratique, que le parlement serait bombardé avec l'accord des États-Unis d'Amérique, la plus meilleure et ancienne et traditionnelle démocratie du monde. Le président Salvatore Allende s'est ensuite blessé mortellement en jouant au tennis, de plusieurs balles dans le dos, mais sans la moindre anicroche au plan de la justice et de la joie dans les cœurs de tout le monde. Ensuite, les méchants conspirationnistes et complotateurs se sont réunis dans des stades de foot et des gens rationnels leur ont parlé doucement de la problématique des surgelés.



——————
Quoi ? Il y a six événements ? Pas cinq ? Prouvez-le, conspirationneux ! N'importe quoi !

Building numéro 7

Pourquoi il tombe, celui-là ?

lundi 8 septembre 2008

Bonnes Élections à tous et toutes !

L’idée selon laquelle les deux partis doivent représenter des idéaux et des politiques opposés, peut-être l’un de la droite et l’autre de la gauche, est une idée stupide, uniquement acceptable par les penseurs doctrinaires des universités. Au contraire, il incombe que les deux partis soient presque identiques, de façon à ce que le peuple états-unien puisse « mettre les escrocs à la porte » à chaque élection sans que les politiques ne subissent de revirements extrêmes.

Carroll Quigley - Tragedy and Hope ; 1966

lundi 1 septembre 2008

Premier Septembre 1939 : Version officielle (légèrement révisée en 1945)




Les puissants Polonais, impérialistes et agressifs, attaquent par traîtrise une Allemagne Nazie pacifiste et sans défense. Fort heureusement, la supériorité de la race des blonds (et aussi le nombre de bombes qu'ils larguent en 48h) leur permet de reprendre le dessus ! Pour s'assurer, dans sa grande magnanimité, de libérer le peuple Polonais (pourtant perfide de nature) de la tyrannie, le bon monsieur Hitler prend ses responsabilités de leader du monde civilisé et permet à ses divisions de Panzers de procéder à un changement de régime à Varsovie, le plus doucement possible.

Ensuite, en raison de l'ampleur désastreuse de la désinformation despotique diffusée depuis des décennies par un système d'éducation polonais corrompu, impérialiste, communiste, syphilitique et homosexuel, le gouvernement démocratique et pacifiste de l'Allemagne du Troisième Reich se voit forcé d'organiser l'abattage (une balle suffit généralement) de tous les Polonais qui savent lire et écrire, et ce, village par village. Les Polonais accueillent le programme avec un délire de joie, réalisant que la voie claire et limpide du progrès passe par les chenilles des chars d'assaut teutons. Par la même occasion, des campings spéciaux sont élaborés, qui donnent enfin l'occasion aux sympathiques ressortissants polonais d'origine juive d'aller faire un peu de plein-air loin de la ville, histoire de prendre des forces.