Friedrich Nietzsche

L'État , c'est ainsi que s'appelle le plus froid des monstres froids et il ment froidement, et le mensonge que voici sort de sa bouche : « Moi, l'État, je suis le peuple. »

Maxime Gorki

Le mensonge est la religion des esclaves et des patrons

mardi 28 août 2007

GALA du Crachoir™ : Les résultats

Ça a été une sacrée soirée. Malgré le fait que des milliers de spectateurs confus se soient massés aux abords du Stade Olympique, dont les portes étaient verrouillées, nous avons acceuilli plusieurs beaucoup de pas mal de gens innombrables au local communautaire de la COOP d'Habitation Messier Fullum Parthenais.

La première partie de la soirée était consacrée principalement à la dégustation de produits naturels, pour la plupart... alcoolisés. Ensuite, certains Cracheurs et Cracheuses se sont fait livrer de la pizza par un agent de la GRC qui n'a pas eu le coeur de nous éliminer, en voyant à quel point nous étions légumes. Le célèbre JF, commentateur régulier céans avait, en compagnie de sa charmante épouse, fait une méchante salade du jardin, qui était conçue pour éloigner les vampires. L'association des comités internationaux des regroupements des employés fusionnés des bureaux de recherche de CrachoirWorld Global™ avaient quant à eux emmené deux excellents pains des Copains d'abord. Je tenais à le souligner.

Certaines factions Crachistes ont préféré boycotter le congrès/gala, ce qui est très dommageable pour l'image de marque du Cartel™. Soulignons parmi ces rebelles la phalange cycliste, dirigée de façon autocratique par Dan l'Anonyme, qui après s'être rendue au Stade, puis au sommet du mont Orford et à l'Île Perreault, a finalement téléphoné au QG du Crachoir Global Corp, pour annoncer leur retrait de la soirée. Le Groupe Bakouniniste des Lesbiennes Radicales Bisexuelles Mais Femmes et Couples Seulement Pas de Photo pas de Réponse Socialement Acceptable (GBLRBFCS) a fait savoir par absence de communiqué qu'elles s'étaient louées des DVD équitables. Également au nombre des schismeurs, tous ceux et celles et les autres qui sont pas venus, soit pour cause d'océans à traverser, soit encore pour cause de n'importequoisme*.

Résultats
La seconde partie de la soirée a finalement été consacrée au Gala comme tel, bien que Vigor, qui devait jouer Carrie en robe rose, avait oublié, et s'est présentée en jeans. Du coup, les Impossiblonistes Rouges Unis de Brossard, qui devaient fournir la chaudière de sang de cochon (ou d'adéquiste, mais... en ont-ils ?) se sont désistés, et tout l'image projetée du gala s'est retrouvée à la poubelle. L'horreur.

Il a été décidé de poursuivre malgré tout, et voici un petit rapport des procédures.

Les candidatures ont été étudiées une à une par l'assemblée plénière.
Puis chaque candidat a fait l'objet d'un court débat.
Chaque participant du jury a ensuite eu droit à trois votes parmi la longue liste de candidats.
Une machine DIEBOLD, dont le fonctionnement était contrôlé par une équipe d'avocats de la firme DEPLOTTE, TOUCHE, et HIMMLER™ et Co, a ensuite été employée pour s'assurer l'impartialité des résultats et le calcul très précis de surface de Jésus.

Un vote spécial a eu lieu au cours de la partie locale du GALA™. En effet, un participant a proposé que Paul Desmarais soit promu au rang de glaviot international, et non pas local. Une écrasante majorité s'étant montrée sensible aux arguments présentés, le conseil des sages et des cirrhosés s'est incliné.

Donc, voici les candidats semi-finalistes du GALA du Crachoir, section locale :
5- Guy Laliberté
4- Julie Snyder
3- Gil Croutemanche
2- Patrick Lagacé
1- Richard Martineau

Au cours de la finale, les jurys n'avaient droit qu'à un seul vote, et devaient donc choisir le candidat ou la candidate qui selon eux méritait l'OR, l'OR, rien que l'OR !

Les débars houleux qui ont marqué la sélection des finalistes ne sont en fait qu'une preuve de la santé de notre belle démocrassie et du triomphe des valeurs de la liberté, de l'égalité, du vin rouge et des amades au tamari. Bon.

Les arguments, j'ai trop bu, je ne m'en souviens plus trop. Grosso modo, un petit groupe de fans des arts du cirque a tenu à tout bouetter le débat, puisqu'ils refusaient de condamner les jonglages en tutu, mais détestaient profondément Laliberté, pour son amour de l'esclavage. Comme tout le monde se foutait beaucoup de Lagacé, jugé trop involontairement comique et encore tellement inoffensif, en toute honnêteté, les trois finalistes étaient faciles à déterminer. Cependant, l'ordre dans lequel ceux-ci franchiraient le fil d'arrivée demeurait source de hurlements et de déchirages de chemises dignes des pires inventions journalistiques.

Finalement, Snyder (qui a eu besoin d'un photofinish pour se défaire de Lagacé) a sans doute souffert d'un certain mépris du jury, encouragé par la très forte popularité de Martineau, et le courant d'immense sympathie qui a couru dans le public après les exposés défendant la candidature de monsieur Croutemanche. Je dirais que la lecture par un des membres présents de l'article de Martineau sur Bin Laden et le pétrole a semblé décider la salle en sa faveur.

LES GAGNANTS D'UN CRACHOIR, NIVEAU LOCAL :

Le Graillon de Bronze 2007 est donc remis à :
JULIE SNYDER

Le Morviat d'Argent 2007 va à :
GIL CROUTEMANCHE

Et le GLAVIOT D'OR, mesdames, mesdemoiseaux, messieux, mesmademoiselles, mesautrezitou, est mérité par l'honorable :
RICHARD "lâchez-moi avec le pétrole" MARTINEAU !




La partie internationale de la soirée s'est fichtrement bien déroulée. à part le fait que comme le jury avait fumé de la drogue, enfin, pas tous, mais plusieurs, il y a eu des moments de confusion, de pertes de direction des sens des phrases, des appartés, des anecdotes, des détours, des moments où on se souvenait plus trop du sujet, ou même de ce qu'on faisait là, des débats qui finissaient en queue de.

Un petit miracle s'est produit en cours de procédures. En effet, le candidat Desmarais, qui avait commencé la soirée en outsider au niveau local, s'est retrouvé dans le peloton de tête dès son arrivée au plan international. C'est bien pour dire. Quelqu'un s'est mis à réclamer un test anti-drogue, qui a été coulé, euh, échoué, euh, en tout cas, qui s'est ramassé au fond du Crachoir d'Or.

Les semi-finalistes à l'International :

5- John P. Walters
4- Steven Harper
3- Al Gore
2- Benoît XVI
1- Paul Desmarais

LES GAGNANTS D'UN CRACHOIR, NIVEAU INTERNATIONAL :

Le Graillon de Bronze 2007 est donc remis à :
JOHN P. WALTERS

Le Morviat d'Argent 2007 va à :
BENOÎT XVI

Et le GLAVIOT D'OR, mesdames, mesdemoiseaux, messieux, mesmademoiselles, mesautrezitou, est mérité par l'honorable :
PAUL DESMARAIS !


Voilà, voilà... Comme personne n'avait la vaillance d'agir à titre de procès-verbiste, les souvenirs sont vagues, mais je compte sur les Cracheuses et Cracheurs présents au Gala pour étoffer un peu les arguments qui ont été présentés en cours de soirée, et aussi pour illustrer de leurs meilleurs mots les moments magiques, les petits riens qui font d'une interminable soirée comme celle-là, non pas une poche formalité enflée de réthorique médiocratique, mais un véritable moment de célébration des vertus humaines les plus vibrantes, les plus tendres, puissantes, émouvantes, et aussi... qui donnent un petit peu mal au ventre, après un bout de temps.

Voilà, il ne me reste plus, au nom de tous les employé de la salle de nouvelles, du centre de recherche et de la tour à bureaux de CrachoirWorldMerdiaCartelGlobalnetworks™ qu'à vous souhaiter une belle et longue année de glaviots, de morviats et de graillons, qu'on se puisse tous et toutes retrouver l'an prochain à pareille date pour une autre édition des CRACHOIRS D'OR !

(musique)







* Merci à i.

8 commentaires:

lilas a dit…

J'en ai raté une bonne...

Je suis satisfaite de la nomination de Martineau au Glaviot d'or.

Continuez votre beau travail.

Anonyme a dit…

Merci Éric pour ce gala fabuleux. Ne manquait que Guy A. Lepage.

Salutations aux visionnaires trépignants.

J-F

gomeux a dit…

Voici quelques infos sur notre ami Paulo Desmarais Jounieur:

http://argent.canoe.com/infos/quebec/archives/2007/06/20070629-061355.html

Paul Desmarais Jr.

Paul Desmarais Jr. est né à Sudbury (Ontario) en 1954. Il est titulaire d'un baccalauréat en commerce de l'Université McGill, et d'une maîtrise en administration des affaires de l'Institut européen d'administration des affaires, à Fontainebleau (France). Depuis 1996, il est président du conseil et co-chef de la direction de Power Corporation du Canada (PCC); il est président du comité exécutif de la Corporation Financière Power (CFP) depuis 2005.

Avant de se joindre à la PCC en 1981, M. Desmarais avait travaillé chez S.G. Warburg & Co. à Londres, puis chez Standard Brands Incorporated, à New York. Il a été président et chef de l'exploitation de la CFP de 1986 à 1989, puis président du conseil d'administration de 1990 à 2005.

M. Desmarais est également administrateur et membre du conseil de direction de nombreuses entreprises du groupe Power en Amérique du Nord, dont la Great-West Lifeco et la Financière IGM. De plus, il fait partie de plusieurs comités de direction d'entreprises européennes, notamment Pargesa Holding S.A. (Suisse), Imerys (France), Groupe Bruxelles Lambert (Belgique), Total S.A. et Suez (France).

Ça vient de:
http://www.pm.gc.ca/fra/media.asp?id=1200

Décidément...
Rothschild, Warburg, c'est de la ben belle compagnie pour un ti-Tontarien

& a dit…

Je suis fier en effet !
Non seulement de notre beau gala, mais aussi des performances du favori de la foule, le tiPopol Jr. (cours Popol, cours !).

Miam.

&.

Franswa a dit…

Les résultats me vont aussi (même si tout le monde s'en branle, et légitimement). Cela dit, pour l'international, j'aurais bien eu mon mot à dire, aussi.
Bordel, il faut que j'aille m'exiler par chez vous - ça sent meilleur on dirait.

& a dit…

C'est moi qui vous rejoins, Franswa. Je pars le 30 septembre pour un an chez vous à vélo.

&.

franswa p. a dit…

Ah bon ? Excellente nouvelle.
Mais "un an à vélo" ? Voilà qui pique ma curiosité (en même temps, je pense que c'est le but.)

Anonyme a dit…

Peut-on déjà suggérer des candidats pour l'an prochain: Vincent Marissal de la presse. Je cite:

"Il semble de plus en plus clair que nous sommes en Afghanistan pour une noble cause et pour les bonnes raisons - la démocratie, la liberté, l'égalité - mais que nous avons hérité du mauvais rôle. Et de la mauvaise scène."(Une bonne pièce mais y'a un mauvais directeur artistique si on comprend bien)

"Pour s'en convaincre, il suffit de lire l'excellent papier publié la semaine dernière dans la revue américaine Newsweek." http://www.msnbc.msn.com/id/20430170/site/newsweek." (Toujours sur le terrain, nos analystes indépendants et objectifs...)"

"À la lecture de cet article touffu,"(une véritable thèse de doctorat,serait-on porté à croire. Heureusement que Vincent fait dans la vulgarisation) " on comprend plus facilement dans quel bourbier nous sommes tombés en débarquant dans la pire zone de l'Afghanistan.

On constate que l'administration Bush a lancé une offensive musclée dans le seul but de trouver ben Laden mort ou vif, comme l'avait dit le président."(On constate, on constate en effet. Merci Vincent..)

Ce n'est qu'une anecdote, certes, mais elle est révélatrice." (révélatrice de quoi Vincent ?)"Dans les premiers jours de l'invasion américaine, le chef du contre-terrorisme à la CIA avait exigé de ses agents qu'ils ramènent la «tête de ben Laden dans une boîte». Ceux-ci l'avaient pris au pied de la lettre, se faisant livrer en Afghanistan une boîte et de la glace sèche, au cas où." (juste au cas où...)

Mais la tête de ben Laden n'est jamais venue et les Américains se sont lassés de bombarder des cavernes. (Mais y'a pas juste ça qui est lassant n'est-ce pas Vincent ?) "L'administration voulait quelque chose de plus gros, de plus spectaculaire pour satisfaire l'opinion publique traumatisée par le 11 septembre." (Pour satisfaire l'opinion publique !?!?!D'où c'est que tu sors ça Vincent ?)"De là l'Irak, où les forces américaines s'embourbent depuis plus de quatre ans"
Mieux que le frères Grimms ou les contes de Perreault. Une perle, je vous dit.

Jean-François