Friedrich Nietzsche

L'État , c'est ainsi que s'appelle le plus froid des monstres froids et il ment froidement, et le mensonge que voici sort de sa bouche : « Moi, l'État, je suis le peuple. »

Maxime Gorki

Le mensonge est la religion des esclaves et des patrons

lundi 4 juin 2007

Lettre ouverte aux militantes zé militants


Chers militantes, rebz, anti-impérialistes, bonjour,


Compte tenu des confusions engendrées par mes interventions d'aujourd'hui à l'assemblée de Bloquez l'Empire, je me permets de vous faire part par écrit de ma position, question de m'assurer que tout soit bien compris.


Attendu le vide de leadership de la gauche politique nationale (un parti centriste en désarroi, un parti de gauche qui couche avec Power Corp, un parti vert qui fait campagne en automobile) ;

Attendu l'absence plus que navrante de la question nationale québécoise de toutes les revendications liées tant au déploiement du 22e qu'au sommet du PSP ;

Attendu l'insignifiance politique, sociale et stratégique absolue des marionnettes Bush, Calderon et Harper et de leur clownesque cour ;

Attendu qu'une manif majeure de dissidents ne saurait au mieux que valider l'importance aux yeux de notre peuple de cette triste comédie mise en scène par les maîtres de la société du spectacle et dont l'absence dans le flot des projecteurs est plus que garantie ;

Attendu l'absence d'une réelle volonté de STOPPER la guerre (remplacée par une fiévreuse velléité de mettre en scène l'édifiant spectacle de nos bons sentiments) ;

Attendu que le carburant, les munitions, les armes, les médias, les partis politiques et les voies d'accès appartiennent jusqu'au dernier atome à nos ennemis jurés et qu'il serait idiot de leur donner un traître sou de plus que ce qui est nécessaire à notre survie, nonobstant le concept horrible de les enrichir au prix de notre vertu ;

Attendu la fermeture idéologique, la faiblesse d'analyse et l'ignorance de la structure dialectique démontrée par certains leaders importants du mouvement ainsi que l'incompétence et la témérité avec laquelle les mêmes prétendus leaders nous ont menés à l'abattoir lors d'autres événements majeurs (Québec 2001, etc.) avec des résultats négatifs au final — une PERTE de crédibilité et une forte démobilisation ;

Attendu les résultats concrets dérisoires obtenus par les politiques poursuivies par nos mouvements d'opposition au capitalisme depuis plus d'une décennie ;

Attendu le niveau sidérant d'infiltration oxydant tous nos mouvements,engendré par le déluge de capitaux investis depuis 2001 dans les réseaux d'espionnage et de renseignement internes de l'occident ;


Je propose

Non pas de faire sauter un hôtel (une simple facétie pour montrer l'impotence de la stratégie préconisée face aux prétendus objectifs, comme l'aura compris l'écrasante majorité de l'assistance),
Non pas de se rendre à Montebello affronter la moitié des forces armées de la planète,
Ni même de manifester le moindrement le 21 août.
Non !


Je propose une inaction totale lors de toute cette semaine-là. Je propose même une inaction fervente, impitoyable et totale, dès maintenant et jusqu'à l'effondrement final du système. Je propose que nous nous levions en plein milieu de la pièce de théâtre pour quitter la salle. Pacifiquement, sans violence, mais sans mièvrerie. Je propose le refus.


Je propose le refus de la guerre. Le refus de fournir à la guerre ses nourritures vitales, main d'oeuvre, matériaux, combustibles, logiciels, transports. Le refus de la police. Le refus du travail. Le refus de l'automobile. Le refus du pétrole, mais encore plus, de l'agrocarburant. Le refus du loyer. Le refus du salariat. Le refus de la publicité, des relations publiques et lobbying. Le refus de la télé. Le refus du cinéma. Le refus des journaux. Le refus des impôts. Le refus de la monnaie des banques privées qu'on nous fait passer pour la nôtre. Le refus du commerce, tant « équitable » (la belle blague),qu'impérialiste. Je propose carrément une grève illimitée de tous les secteurs profitables du système capitaliste. Le refus de consommer tout ce qui n'appartient pas au peuple de façon privée ou collective. Je propose le refus du vote. Le refus du soi-disant système judiciaire. Le refus même de l'école. Le refus, bien évidemment, de la religion.

Je propose d'imposer tout de suite et sans négociations avec les usurpateurs notre monde idéal. Ce monde est en nous. Ce monde est à nous. Je propose de rêver, de réfléchir, d'écrire, de lire, de rechercher, d'apprendre, de comprendre, d'écouter, de parler, de dormir, de marcher, de respirer, de chanter, de danser, de jouer. De regarder le ciel. De humer le vent. De sentir l'écorce de ce qui vit encore.
Je propose la gratuité. J'ose carrément proposer la paresse. La lenteur. La douceur. La tendresse. L'amitié.

Eh oui, le mot va sortir !
L'a-t-on oublié ?!

Che disait qu'au coeur de la révolution, il y a l'amour.


Bien à vous,
Venceremos,

É.


P.s.
Tout ennemi de mon ennemi demeure mon allié. Je vous aime. Je vous souhaite la meilleure des chances lors de vos actions de cet été et j'aimerais croire en Dieu une minute, juste pour pouvoir le prier qu'il ne vous arrive rien de fâcheux.
Allez en paix.

P.p.s
Un jour viendra peut-être, je le crains, où l'affrontement servira à des choses bien concrètes. Vous me trouverez à vos côtés ce jour-là, chiant dans mes culottes, bien sûr, mais armé, résolu et sans pitié.

http://bloquezlempire.resist.ca

4 commentaires:

Anonyme a dit…

J'ai passé la fin de semaine dans le coin de La Plaine, Terrebonne et Mascouche. Et j'en suis encore tout secoué. J'y ai vu la banlieue la plus profonde et la plus creuse: un véritable stéréotype, mais en vrai. Des chars, des énormes garages doubles, des piscines à l"arrière des maisons, des boulevards drabes, du gazon en avant des maisons et les tondeuzes qui vont avec. Les gens s'y sont fabriqué une sorte de "bonheur" Question: est-ce que la révolution cubaine est soluble dans Mascouche ?
Ange urbain

& a dit…

Monsieur Urbain bonsoir,

Il faudra d'abord que tous ces gens réalisent dans leur chair que ce qu'ils prennent pour la poursuite du bonheur engendre directement leur souffrance, leur aliénation et leur sentiment d'impuissance.
Pour ça, faudra fermer les hauts-parleurs de la société du spectacle.

Ensuite seulement, il y a une chance.

Cuba, mauvaise nouvelle, est en train de se dissoudre dedans, l'audiovisuel.
Beaucoup de Cubains sont abusés par Terrebonne, amigo. Ils sont hypnotisés par la verroterie chinoise que les Yumas leurs font miroiter.

Ils sont en train de se perdre, peut-être. Mais c'est leur choix. Leur pays. Leur révolution. Libre à eux de remettre les menottes. De nos jours elles sont en plastique, vertes, bleues, fushia !
Anyway, je leur fais confiance pour les arracher de nouveaux, ces chaînes. Peu de peuples au monde sont autant capables de miracles que le peuple Cubain.


Todo incluido.
Arg.

É.

rwatuny a dit…

Salut,

C'est pas simple de résister et de survivre.

C'est pas évident de manger avec le goût du sang dans la bouche.

C'est pas facile de s'habiller quand tout ton linge sent le pétrole.


jsbzmpi !!

rwatuny a dit…

Il m'est avis que les cubaines et les cubains sont fatiguéEs de changer l'unique ampoule au bout du tunnel.

Je ne peux pas leur en vouloir.


oymrvxj !!