Friedrich Nietzsche

L'État , c'est ainsi que s'appelle le plus froid des monstres froids et il ment froidement, et le mensonge que voici sort de sa bouche : « Moi, l'État, je suis le peuple. »

Maxime Gorki

Le mensonge est la religion des esclaves et des patrons

mardi 27 mars 2007

SHOWER

Confrères, consoeurs, amies, amis, et toute cette bonne branlette.
Je tiens à vous rappeler que la grande gagnante de la victoire remportée du triomphe qui sort ce soir victorieux, de ce match qui fut (pour une fois) serré jusqu'au photofinish au plan du niveau de compétitsivité, c'est la démocrassie elle-mayme.

Félicitons d'abord Jean Charest pour sa grande vision et sa détermination providentielle. Sans lui, le pays aurait sans nul doute sombré dans le chaos. On ne peut qu'applaudir l'audace et la rapidité avec laquelle toute la classe dirigeante (donc médiatique) de la provinssse s'est rangée derrière le chief en chef pour empapaouter le blaireau et lui bourrer le mou sans corps gras pendant un bon deux heures. Eh oui, une minute Charest est défait dans son comté par 700 voix, puis par 1500, puis, contesté par le PQ (!?), puis peut-être plus du tout perdant à cause de deux-trois billets de vote qui ont fait que tous les autres (150) billets de vote par anticipation étaient retenus, puis déclaré gagnant par le DGE qui lui aurait téléphoné (et pas le contraire, surtout) pour le lui annoncer, puis au final, triomphant haut la main par deux mille voix de majorité, marge incontestable, casse-toi tondu, ta-gueule et suce, chochotte. Quel bel aplomb. Si ça passe pas à l'histoire, ça… Monsieur, Madame, votre question !

Non, chère classe moyenne (fuck da rest), la vérité ce soir, résidait dans les cravates des deux fascistes. Charest avait sélectionné pour son discours victorieux une cravate couleur… ADQ.
— Oké mon Johnny, je contesterai pas ton esti dfraude, ça change rien, anyway.
— Tu l'sais que j'peux pas t'offrir grand chose en trade, Mario.
— J'ai un des mes ti-nègs qui t'amène un cadeau. Faut tu la portes pendant ton discours, pis on est chummy chummy.
— Tu vas mettre quoi, toi, d'abord ?!
— Steven m'en a shippé une, je l'ai reçue tantôt. St'un présent de ton chum Munk.
— Ouain, ouain, ouain, y a des ti-chouchous ! Quelle couleur ta tienne ?!
— Gold.


Frisou au moment de voter, en journée. Cravate rouge fédéraste.


Patapouf porté en triomphe. Cravate bleue Miami-Vice.








Benito Mariollinni.
My name is Gold.
Barrick Gold.



28 commentaires:

McDoodle a dit…

J’suis agitée comme un animal qui sent la tornade venir. J’tourne en rond dans ma tanière, je cherche un coin safe pour mes petits. J’ai quelques heures pour nous ramasser des vivres. Mais, tout compte fait, je ne peux pas rester seule dans ma tanière. J’aurai besoin d’aide. On va pas survivre, chacun dans notre trou.

Gomeux a dit…

"J'entends ce que vous dites."
J'entends le bruit des bottes ce matin.
J'entends un DGE qui me donne l'impression que je me suis couché hier soir à Montréal et réveillé ce matin à Cleveland, Ohio...
J'ai entendu avant de m'endormir les doux mots de Liza Frulla: "Ça va être surréaliste, Un gouvernement minoritaire avec un chef non-élu qui devra composer avec un parti souverainiste qui détiendra la balance du pouvoir."
Ce matin, je cherche, je n'entends personne à la tivi se questionner sur la pirouette de Charest qui se fait élire 2h après tout le monde.
J'entends Harper pisser dans ses culotte tellement il rit.
J'entends les colons de partout jubiler d'avoir enfin réussi à élire un chef de l'opposition à leur image.
Je les entends, impatient de pouvoir voter pour Harper très bientôt. Convaincu qu'il a la solution.

La dessus, ils ont raison.

J'entends le bruit les bottes au loin.
Ou serait-ce plutôt des millions de bouteille de KY qu'on ouvre en même temps?
Penchez vous, mes amis. Ça fra pas mal.

Bulle de Manon a dit…

Sérieux mec, j'en reviens pas, en fait, oui, je peux concevoir, concevoir en tant que quelq'une qui voit de sa lunette de face pas de lunette (en fait j'ai des lunettes, mais je ne les porte pas), donc, où je travail c'est un lieu de vote, donc hier soir, j'ai pu avoir un aperçu de qui venait voter. Les libéraux sont encore (même minoritaire) au pouvoir. Et l'ADQ ...... aaaaaaahhhhhhh (le charmant dépressif représentant de l'ADQ pour mon quartier voulant irradier les gangs de rue méchantes aux dennts longues des rues et des parcs de Rosemont, en nous serrant la main lors d'un évènement "X" du communautaire. Ne parlait que de ça... Enlever les méchants ganster noirs des rues de rsmt...Entre toi, vous et moi, je pense pas que c'est la priorité de quartier ça...

Bref.

Ici Rita Dionne-Marselais est revenue tenir les reines (reigne, raigne, rogne, raie) du pouvoir dedans notre chair (cher, chaise, chère) patrie de Rosemont merveilleuse, terre des familles sortie de peine et de misère du Plateau à 2 000$ pour un 5 et demi minable et à 15$ pour un hot dog pis 3 tites pétakes frites Belges (commerce équitable, certifiées bio et couper finement avec amour et bonheur de mains de femme légallement endroit de jouir et de voter genre).

(mais j'aime le Plateau. Et une personne spécifiquement y demeurant, faudrais pas penser que...)

Mon vote, tant qu'à moi, aurait été là, juste pour éviter le plus possible, en fait pour éloigner tout ces "hommes-poivrons" loin du pouvoir...

En fait. Vraiment en fait. Aller voter me fais penser à choisir entre du cachemir ou du cascade pour me torcher les fesses...et celles de ma famille.

Bref. Entre le modèle avec des tites fleurs dessus, ou celui qui à 3 épaisseurs, je vais essayer de choisir celui avec lequel je ferais le moins d'infections vaginales.

en bref. ça ressemble à ça.

(j'pense que c le plus long commentaire que j'ai fait à ce jour... Enjoy!)

Et euh... Have a nice day!

gomeux a dit…

En fait, juste avant de me coucher, j'ai écouté le discours de Boisclair. Tout le monde partout disait que Charest était défait, sauf que Dédé à salué la victoire de Charest.
J'ai pouffé de rire, "asti, André,y a pas gogné Charest!"
Câlisse que chu naïf.

& a dit…

Chers amis, merci pour vos commentaires. Les dernières personnes sensés du Québec se trouvent en état de choc, ce matin.
Je me sens pareil. Je cherche où émigrer. Peut-être chez les cousins.

À Paris, j'ai vu de mes yeux une bonne dizaine de rafles. Dans Belleville et Mesnilmontant, où je séjournais, la populo est fichtrement bigarrée. Alors, on attrape un rastacouère, on lui demande ses papiers. S'il les a pas, hop ! Menottes ! Panier-à-salade. On démêlera ça au poste. Évidemment, pour moi, voir en live des rafles, mais surtout des rafles à Paris, ça me rappelle de bien moches souvenirs. Je n'y étais pas, au Vel'd'hiv, mais l'histoire, si.

Ce qui diffère de chez nous, à Paris, c'est surtout la présence à tous les coups, sans exception, de français, blancs, bruns, noirs, attrappant vite leur portable pour appeler les potes, le parti, le groupe, qui se rameute en quinze minutes avec pancartes, caméras, sifflets... Et qui rendra la tâche des keufs plus difficile, mais aussi, les forcera à un certain décorum.

C'est peut-être pourquoi je choisirai leur fascisme à la place du nôtre.

Je quitte le Québec, c'est pratiquement certain. Je cherche seulement où aller trouver la paix.

É.

& a dit…

Doodle, t'as raison, comment on fait, on se réunit où, on fait quoi ?!

Manon, attention aux infections, en effet. Les ti-motons rentrent dans les plis. Ça fait du toxique.

Gomeux... Oui, le bruit des bottes, mezen. Surtout avec cette pirouette. Ça montre à quel point la stabilité est préférable à la volonté populaire. Quelle farce. Quelle grotesque pestak.

swan_pr a dit…


ici?

& a dit…

Patria o muerte.

swan_pr a dit…

¿dónde está el patria?

& a dit…

La patria se queda aqui
En la entranable transparencia
En la querida presencia
De hombres del futuro
Que marque el pasado
De su tinta
De su sangre
De su sueños

Venceremos

Galad a dit…

J'ai attendu après les nouvelles du matin pour aller au lit. J'attendais qu'on m'explique le virage à 180 degrés des votes dans Sherbrooke. Je me suis endormie sur ma faim...

Moi qui avais l'habitude de rire de nos voisins du sud. Bande de connards, que je disais. Tout ça me paraît soudainement beaucoup moins drôle. Déménager? Ouais... entre les banlieues parisiennes, "putain ce qu'il est blême, mon HLM...", les grandes villes italiennes et leurs caméras de surveillances à tous les coins de rues qui font qu'on ne peux pas s'asseoir sur un banc de parc sans qu'un policier vienne s'assurer que notre clope ne contient rien d'illicite... Si j'avais à me réinstaller ailleurs, je choisirais la République Tchèque. C'est un peu frisquet l'hiver, mais le peuple n'a pas besoin de voter pour un chef adéquiste sous prétexte qu'il parle de la famille, parce qu'elle existe déjà la famille. Plutôt que de s'égosiller sur des lignes ouvertes poches, ils se réunissent dans les sous-sols avec quelques instruments de musiques...

M'enfin, je sens que je m'éloigne du sujet. Mais le mal de coeur est toujours là...

& a dit…

Tu ne t'éloignes-pas, Galad.
Zôô contraire. Tu tapes drette drette dans le mille !…

Jouer de la musique ensemble (avec des instruments qui jouent pas tout seuls), c'est exactement l'enjeu. C'est la guitare et la mandoline qu'on a écrasées ce soir, sous les tonitruants roulements des tambours de guerre.
Et Amir se réjouit.
Bon dieu, où est la colère des floués ?

McDoodle a dit…

Ouaaah, je l'sais ben pas qu'est-ce qu'on fait. J'voulais commencer par me pogner une bouteille de scotch mais j'ai beau cliquer, drag/droper sur mon bureau, ça marche pas. Une saoulonne qui veut parler d'avenir, ça commence mal en étole. On s'recontre ches les utopistes mercredi soir ? ;)

& a dit…

Drôle de fucking sale hasrad en esti :
J'ai vu Lanctôt avant-hier. La banque les ferme.
Finito Utopistes.

Anonyme a dit…

WoW vive le mépris!

"Les dernières personnes sensés du Québec se trouvent en état de choc, ce matin."

J'aimerais tellement être aussi génial que vous tous.
Mais bon... je doit être un autre de ces sales facistes qui ne comprend rien...

Louis P.

Anonyme a dit…

en plus je fais des fautes de français... quel con!

Je dois me plaire dans ma médiocrité.

& a dit…

Bienvenue sur mon blogue, Louis.
Vous êtes pas obligé de porter la bourka, savez.
On discute ! À visages découverts, autant que possible.

Comme vous semblez vous-même en état de choc, on va vous considérer comme une personne sensée. Tout de même, avouez que le comté de Sherbrooke, c'est passablement dur à avaler, comme couleuvre !

louisp a dit…

Honnêtement, je ne peux pas dire que je suis particulièrement choqué par le dénouement de l'élection. Ce qui me dérange le plus est la division du vote qui semble avoir une teinte de nationalisme ethnique. Est-ce réellement du fascisme...? Je ne suis pas prêt à dire ça et de loin.

Ce qui me choque, c'est la façon méprisante que vous avez de réagir à cet événement. Charest et Dumont ne sont pas des "Hitlers" refoulés et penser le contraire n'honore pas les capacités intellectuelles que vous semblez tous posséder.
Et vu que ce blogue semble

Pour ce qui est de la victoire de Charest... je suis peut-être naïf.. mais une victoire libérale dans le comté de Sherbrooke n'est pas particulièrement suprenante, surtout lorsque l'on regarde la composition et l'historique du vote dans cette circonscription.
Y a t-il anguille sous roche ?... Peut-être.. mais ça serait très surprenant et même inutile dans notre cadre parlementaire anglais.

Il est vrai que j'ai eu quelques sueurs froides pendant les quelques minutes où l'ADQ se dirigeait vers une victoire. Je ne suis pas opposé à ce qu'il tente sa chance la prochaine fois avec une équipe plus forte et d'un calibre disons "supérieur".

ps. c'est vrai.. je suis un sale néolibéral(fasciste) au Québec et un horrible et vulgaire socialiste au sud et à l'ouest de nos frontières.

Mistral a dit…

Ça me fait drôle, Mac, de différer d'opinion à ce point avec toi. J'aime pas ça. Mais en temps d'élections, ta mèche est si courte que tu fumes avant et brûles pendant et pètes après anyway.

Qui n'a pas voulu partir? Quand Bourassa est revenu, j'ai voulu partir à toute force. Je suis même allé voir ailleurs. Pas autant que toi, mais assez. Puis ça m'est passé. Comme Galad semble le suggérer, ailleurs, c'est pire. Par ailleurs, si tu as la foi en l'importance et la viabilité de ces choses dont la négation t'indigne, c'est ici que tu es forcé de vivre et d'agir, sur ta terre, tant qu'on ne te forcera pas à t'exiler sur un caillou pour tes opinions politiques.

louisp, ce qu'il dit sonne aussi fort juste. Penses-tu vraiment que Charest est passé dans Sherbrooke en fraude? Faut pas lâcher la proie pour l'ombre. Bien sûr que Sherbrooke a réélu son John premier ministre. Le combat n'est pas là.

Si tu pars, je vais te chercher. J'ai besoin de voyager. Reformer ma jeunesse. Buddy Hunter.

& a dit…

Mist : Ha ha ha ! Stie, je l'aime ton image du pétard. Ouahaa. Je la reprendrai pour me décire, tiens, je l'insèrerai dans ma prochaine bio.

Je crois bien que t'as raison en tous points. Mais en même temps, cette Amérique anschlussée qu'on nous prépare en douce est si laide, si horrible...

J'ai passé la soirée des élections entouré d'Argentins. Ils voient très bien toutes les ficelles, parce que ça leur est passé sur le corps. Je pense juste à crisser mon camp tandis qu'il en est encore temps... C'est vrai que c'est pleutre.

En même temps, je suis simplement de moins en moins bien, ici. Cette chasse aux intellos, cette peur de la culture, cette commercialisation des idées, de l'art, de l'eau, de l'air, des bites et des plottes... C'est un cauchemar dont je voudrais bien me réveiiler. Je combats l'automobile comme un taré du coco depuis des années, puis je me retrouve en Europe, où le nombre de voitures est en baisse (-20% à Paris en 5 ans). Pendant la même période, ça a doublé à Montréal.

Chais pas. J'imagine qu'il faudrait boire jusqu'à la lie cette cigüe qu'on a de cesse de nous injecter dans la gorge au vilbrequin à bourrage. Qu'en naîtra éventuellement une rédemption, ou une mort très douce. Je suppose qu'à un certain point dans la chaîne de dépeçage, il devient simplement odieux pour les autres bêtes de s'agiter, de tenter de s'évader de l'abatoir.

Mais je suppose aussi que ce petit outil (que j'ai tant négligé) du blog est en train de me faire découvrir partout de petits ilôts de résistance, d'intelligence, de subversion, de plaisir, de niaiserie, de déconnage, et que ça me donne envie de rester. Sinon chez moi, dans le Q, du moins en ce monde.

Tu me fais hésiter, mon chéri.


Minouches, pelles, molotovs

É.

P.s.
Céline est pour moi le plus grand écrivain du Mauvais Siècle. Mais collabo, je peux pas. Si je reste, c'est la guerre.

louisp a dit…

"J'ai passé la soirée des élections entouré d'Argentins. Ils voient très bien toutes les ficelles, parce que ça leur est passé sur le corps."

Je trouve ça excessivement malhonnête de comparer nos institutions aux instutions passées(et peut-être présente) de l'Argentine et celle du Québec.
On peut ne pas être encore avec les visions politiques des candidats, mais de là à faire des raccourcis comme ceux là... c'est fort.

Si je ne me trompe pas, vous semblez être un écrivain ou un artiste engagé (bref je ne le sais pas trop). Si cette société est si horrible et ne valorise pas l'art, pourquoi est-ce qu'il n'y a jamais eu autant d'artistes et d'écrivains qui peuvent consacrer la majorité de leur temps(en terme relatif et absolu) à la création artistique dans l'histoire de l'homme ? Et je ne parles pas des "méga-stars" et de l'art populaires, j'inclus également les artistes beaucoup plus marginaux.

Et de grâce ne me répondez pas quelques choses d'aussi facile que: car nous exploitons des pauvres dans d'autres pays. Dans beaucoup de cas, les pays étaient et sont pauvres sans l'intervention de l'horrible rouleau compresseur impérialo-néolibéral. Je suis convaincu que vous pouvez me répondre avec de meilleurs arguments.

Mistral a dit…

louisp s'adonnerait aux vices délicieux de la schizo-réthorique que ça ne m'étonnerait pas. Il te pose une question, te dit ce qu'il ne faut pas que tu répondes, t'explique pourquoi tu aurais tort de répondre ça puis réclame de meilleurs arguments. Il va pourtant de soi que seule une économie sociale riche peut se payer autant d'artistes, et que l'argent vient d'ailleurs. Moins évident, le fait qu'en canalisant ses forces vives et créatrices vers les arts perçus comme décoratifs, distrayants et généreusement superflus, un organisme politique neutralise bien des dangers, écarte bien des menaces à sa propre préservation.

Éric, jamais l'idée de pleutrerie ne m'a traversée l'esprit en rédigeant mon commentaire. Ce n'est pas lâche de chercher mieux ailleurs, bien au contraire, il faut du cran pour s'arracher, parce que même le malheur est confortable, à la longue. Non, je voulais juste dire que, te connaissant, tu irais essayer d'améliorer les choses elsewhere, wherever you happen to be, alors pourquoi pas ici. C'était avant que tu expliques qu'ici, tu te sens de plus en plus mal. Ça, c'est autre chose. Je m'en mêlerais jamais.

& a dit…

Cher Louis, je me réjouis vraiment de votre présence ici (même si les filles se taisent depuis que vous êtes là). Vous me permettez de comprendre des tas de choses.

Nous fonctionnons de manière différente. Par exemple, je ne connais strictement que dalos au boulingrin. C'est pourquoi je ne parlerai jamais de boulingrin, en tout cas surtout pas sur mon blogue, et encore moins sur ceux des autres, si ce n'est pour prouver que comme je ne connais rien au boulingrin je ne le mentionnerai jamais plus par la suite, sauf par malheur, si je devais répéter mon exemple de boulingrin. Par contre, si je suis curieux de cette chose, je cherche à la connaître. par exemple, je pourrais très bien googler « boulingrin +adq +sexe anal » et voir ce qui atterrit sur mon bureau. C'est certainement ce que je ferais dans le cas du boulingrin, si j'avais le moindre intérêt, ou même la plus élémentaire curiosité à l'égard de ce sport olympique créé au treizième siècle chez les aristos britanniques.

Menem, Harper, Charest et Dumont ont les même amis, les mêmes idéaux, les même manières populistes.

Rien de malhonnête à le dire. C'est articulé dans ces pages. Lisez. Suivez les références, googlez, empruntez des livres, et revenez-moi ! Revenez souvent, au fur et à mesure ! Convainquez-moi que le fascisme est bon pour moi et pour ce peuple dont je fais partie et je militerai avec vous.

& a dit…

Mist : Eh eh eh... J'ai refusé d'aller en Inde, en disant à ma blonde qu'après deux mois je serais en train de courir dans les rues avec une Kalaknikov.

Je parlais de pleutrerie, parce que je me connais. Je suis vraiment terrorisé par ces types. Leur brutalité, la gueule de porc satisfait avec laquelle Monsieur Couille a hier soir annoncé sa grosse crosse ! Wohaa. C'est Animal Farm, bon sang !

& a dit…

Louis :
J'oubliais, le fric de Harper vient d'Afrique. Suffit de se renseigner. Ça leur coûte pas grand chose, cet or, non plus. À Mobutu, les minières donnaient 33% de son budget national. À Kabila-fils, 1%. La grosse différence est le million de Congolais par année qu'ils assassinent.
Eh oui, Louis, leur fric vient d'ailleurs. Leur fric dégouline du sang des Africains. Le rouge de l'unifolié. Indiens, puis Français, puis Africains. We stand on guard, Louis.
We stand on guard for thee.
L'Alberta est impériale, Louis.

McDoodle a dit…

Une fille va gentiment détendre l'atmosphère. "Don't stop at the G-spot until you've discovered the entire alphabet". - Tulip

louisp a dit…

Premier mythe qu'il faut attaqué est que l'argent assure la victoire au candidat le plus riche. L'argent est souvent attiré par un candidats intéressant, mais le contraire n'est pas vrai... l'argent ne fait le candidat. Je vous invite à lire une étude très intéressante de M. Steven D. Levitt sur ce sujet. (et deux exemple récent de cette réalité est M. Dumont et Mme Boucher à Québec.. des campagnes avec des moyens limités)

Pour ce qui est de l'argent de Harper, il doit venir d'horizons assez variés... lobbys pro-marché et d'autres citoyens avec des valeurs sensiblement conservatrices.

Je ne doute pas que l'occident à une grosse part de responsabilité des problèmes en Afrique et bien sûr au Congo. Mais il est également faux d'affirmer que seule l'occident est à blâmer. Ceci ne passe pas le test de la réalité, la corruption n'est pas exclusivement une tare occidentale. Je ne dis pas cela pour me déculpabiliser vis-à-vis les horreurs perpétrées en sol africains. Mais pour avoir un regard honnête de la situation. La corée du sud est un de ces pays qui ont pris des mesures très efficaces pour combattre la corruption venant de l'extérieur et de l'intérieur. Bien sûr, je ne doute pas que celle-ci existe encore car elle est là dans tous les systèmes peut importe le mode d'organisation sociale.

Je ne cherche pas à vous convaincre que le fascisme est une bonne chose...au contraire.. je trouve que vous utilisez le mot beaucoup trop facilement. Il n'y a rien de totalitaire dans un système comme le notre. À moins bien sûr d'avoir une interprétation très très très très large du totalitarisme, dans ce cas.. le débat devient une de définition plutôt que de faits.
Je ne suis pas non plus un militant, par contre j'aime bien connaître d'autre point de vue que les miens. Et pour être honnête.. ce blogue est particulièrement fertile en terme d'idée différente aux miennes.

Bonne journée

& a dit…

Eh eh eh, Doodle.
Moi je suis adepte du Y spot. Mais je suis pas allé plus loin ! :O)